FUSILLADE A ASO ROCK : APRÈS LA PANIQUE, LE PRÉSIDENT BUHARI ORDONNE UNE ENQUÊTE.

Le président nigérian a ordonné une enquête après que des agents de sécurité auraient tiré en l’air dans son palais présidentiel. En effet, l’incident s’est produit à Aso Rock à la suite d’une altercation entre l’un des assistants du président et les gardes du corps de la première.

Ils avaient discuté de la nécessité à l’assistant du président à s’auto-isoler après leur retour d’un voyage. Certains membres du personnel de la Première Dame ont été arrêtés. Mai aucune victime n’a été signalée.

L’incident s’est produit la semaine dernière, mais a été révélé le week-end lorsque le président Muhammadu Buhari et son épouse Aisha en ont parlé publiquement.

Il se chuchotte à Abuja que l’incident est considéré comme un autre signe de querelles internes au sein du gouvernement nigérian où les responsables sont souvent en désaccord public.

La Première Dame Aisha Buhari a déjà parlé de son mari, suggérant dans une interview à la BBC en 2016 que son gouvernement avait été détourné. Il a répondu en disant que la place de sa femme se trouverait à la cuisine.

Le porte-parole du président Buhari, Garba Shehu, a déclaré dans un communiqué que l’incident « mineur » s’était produit à l’extérieur de la résidence principale et que le président ne courait aucun danger « résultant, soit d’infections mortelles, soit de l’incident signalé par le personnel de sécurité qui fait actuellement l’objet d’une enquête. « .

« Qu’un événement mineur soit utilisé par certains opposants pour justifier des attaques contre le gouvernement et la personne du président Muhammadu Buhari est à la limite abjecte », a ajouté M. Shehu.

Dans une série de tweets, Mme Buhari a déclaré qu’elle voulait que les autorités veillent à ce que toute personne ayant voyagé à travers les États passe en quarantaine pendant 14 jours – une référence à l’aassistant de son mari qui a effectué un voyage à l’extérieur de la capitale, Abuja.

Elle a ensuite appelé l’inspecteur général de la police à libérer son personnel « afin d’éviter de mettre leur vie en danger ou de les exposer au Covid-19 pendant leur garde à vue ».

Qu’une première dame arrive à contredire publiquement son mari et à menacer l’inspecteur général de la police dans un pays d’Afrique, on est loin des femmes de présidents africains soumises et réservées pour les manifestations officielles. Mieux cela amène les citoyens nigérians à se poser la question de savoir si le président Muhammadu Buhari et Mme Aïsha sont toujours époux. Pire, cela vient raviver la rumeur selon laquelle, le Président nigérian serait mort depuis et que ce serait son sosie soudanais qui occuperait le palais de Aso Rock.

Ethan OKPA

Partager
%d blogueurs aiment cette page :