KINGO NEWS
Magazine International d’informations, d’analyses, d’investigations et de publicité.

NIGERIA: LE PRÉSIDENT MUHAMMADU BUHARI PROMULGUE UNE NOUVELLE LOI POUR RELANCER LE SECTEUR PÉTROLIER.

0 214

Recevez les notifications en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a promulgué une nouvelle loi sur l’industrie pétrolière pour attirer les investisseurs, ont rapporté mardi des médias locaux et africains.

Dix ans après avoir été soumise aux Parlementaires, la nouvelle loi pétrolière est enfin promulguée par le président nigérian. Ce dernier a apposé sa signature sur le texte final censé réguler le secteur pétrolier et gazier, précise l’Agence de presse africaine (APA).

Le projet de loi qui a mis du temps à être adopté, a fait l’objet de plusieurs amendements en raison des désaccords entre le gouvernement nigérian et les compagnies qui opèrent sur son territoire. Son adoption permettra de définir un cadre légal et fiscal et d’assurer une meilleure redistribution des richesses, indique la même source.

Pays le plus peuplé d’Afrique (210 millions d’habitants), le Nigeria est le premier producteur du continent avec 1,9 million de barils par jour. Les ressources issues du pétrole et du gaz représentent l’essentiel des devises et constituent près de la moitié du budget de l’Etat, souligne l’APA ajoutant que le président nigérian mise sur cette nouvelle loi pour relancer l’industrie pétrolière dans un contexte économique plutôt difficile.

Le Nigeria, membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), peine à attirer les investisseurs étrangers dans un secteur gangrené par la corruption, la vétusté des installations et l’insécurité dans certaines provinces du pays, note le même média.

La nouvelle loi prévoit 3% des revenus générés par les opérations pétrolières aux communautés productrices de pétrole, tandis que 30% des revenus ont été alloués au développement des bassins intérieurs frontaliers qui se trouvent principalement dans le nord du pays, précise l’APA.

Selon le Parti démocratique des peuples (opposition), la signature de la loi en dépit du rejet public généralisé équivaut à « une approbation de l’imposition, un manque de respect pour le peuple et les principes de la démocratie en tant que système de gouvernement », indique la même source.

Recevez les notifications en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus